CONCOURS NATIONAL DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION

ORIGINE

Ce concours a été lancé pour la première fois en 1961. Il est né d’une volonté conjointe de l’Education Nationale et des Associations de Résistants et de Déportés.

L’objectif affiché était, d’une part, d’entretenir auprès des jeunes générations les valeurs qui ont animé les mouvements de Résistance (solidarité, courage et résistance à l’oppression) et qui se sont exprimées au sein du Conseil National de la Résistance ; d’autre part, d’informer les élèves des dangers des discours néonazis. Pendant des dizaines d’années, les survivants des camps, sollicités pour venir témoigner dans les classes, ont repris la formule du "Plus jamais ça !".


DÉROULEMENT

A l’échelon national, un thème d’étude choisi alternativement par la Fondation de la Résistance et par la Fondation pour la mémoire de la Déportation est proposé aux enseignants et aux élèves des collèges et des lycées. Le concours bénéficie du soutien de l’Education Nationale et les services académiques se doivent d’en assurer l’organisation et l’information.

Pour la prochaine année scolaire (2011/2012), le thème retenu est Résister dans les camps nazis.

Le concours s’organise au niveau académique. Les enseignants volontaires inscrivent leurs élèves en janvier. Après plusieurs évolutions sur la forme, l’épreuve consiste aujourd’hui :

soit dans la rédaction d’un devoir individuel à partir d’un sujet conçu au niveau académique et imposé aux élèves mais qui s’inscrit dans le thème de l’année. L’épreuve se déroule en général fin mars. Et prend la forme d’un devoir sur table de type dissertation ou commentaire.
soit dans la constitution d’un travail collectif (dossier, diaporama, cédérom, production artistique…) sur le thème à rendre fin mars.

Vous trouverez toutes les informations pratiques concernant l’organisation de ce concours sur le site du ministère de l’Éducation nationale, ainsi que sur le site des professionnels de l'éducation.

Chaque année, une brochure pédagogique est publiée, de même qu'un bulletin pédagogique, téléchargeables notamment sur ce même site des professionnels de l'éducation.

POURQUOI PARTICIPER AU CONCOURS ?

La participation au concours national de la Résistance et de la Déportation offre aux élèves l’occasion de réfléchir sur des thèmes d’histoire dont la résonance contemporaine est évidente. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder quelques sujets proposés aux candidats :

• La capitulation de l’Allemagne nazie est une victoire pour la dignité de l’homme. A l’aide des témoignages des Résistants et des survivants des camps, dégagez l’enseignement que l’on peut en tirer.
Entre les deux guerres, la France a largement accueilli des immigrés. Quel rôle ont pu jouer ces étrangers dans la résistance à l’occupant ?
Pourquoi les résistants ont-ils combattu non seulement contre l’Allemagne nazie mais aussi contre le gouvernement de "l’État français" du maréchal Pétain ?

Ils ont ainsi la possibilité de d’étudier plus en profondeur le parcours réalisé par un déporté de leur région. L’histoire locale offre aux jeunes un éclairage nouveau sur une période de l’Histoire étudiée en classe. La rencontre éventuelle avec un témoin constitue une expérience exceptionnelle.

"Grâce à ce concours, les élèves découvrent la nécessité de devoir toujours se battre pour les valeurs défendues par la Résistance. Beaucoup de témoins qui interviennent dans les établissements insistent sur le fait que l’on n’est pas un "ancien" résistant. Le mot ancien, ils le bannissent absolument. Cette idée plaît aux élèves. Autour d’eux, aujourd’hui, se passent des choses qui nécessitent qu’ils se mobilisent contre elles. Je pense à la montée du racisme et de l’intolérance. Cet aspect sous-jacent du concours s’inscrit très exactement dans l’apprentissage du civisme." Jean Gavard, Président du jury du concours de 1993 à 2001, vice-président de la Fondation de la Résistance et déporté au camp de Mauthausen. In Une jeunesse confisquée, 1940-1945 - 2ème partie : L’héritage - Paris, L’Harmattan, 2007.

De très nombreux supports pédagogiques sont réalisés tous les ans pour aider les enseignants et les élèves à préparer le concours. Les dossiers publiés dans Le Patriote Résistant et surtout le numéro spécial de Mémoire Vivante réalisé par le Fondation pour la mémoire de la Déportation constituent des ressources dont l’usage dépasse le cadre du concours.