Toulouse 2004

Lors du 40ème congrès de l’Amicale, Toulouse, 21-23 mai 2004, durant deux demi-journées exigeantes, intenses et graves, les congressistes ont échangé, plus concrètement qu’on ne le fait habituellement, sur la mémoire : telle qu’elle s’est manifestée d’abord dans le cercle familial, et au-delà, sur les voies qu’elle a empruntées, depuis un demi-siècle, dans la conscience sociale.

Retrouvez dans le bulletin n°300, mars 2005, p. 13-38, les différentes interventions sur le thème :

Mauthausen en héritage

  • Être enfant de déporté : l’empreinte de Mauthausen, Daniel Simon (p. 13)
  • Figure du père (de la mère) et mémoire familiale de la déportation – témoignages :
    • Dominique Maingot (p. 14) ;
      « J’ai appris la fraternité, quand mon père serre tendrement dans ses bras les anciens amis de peine… »
    • Fabienne Cauquil – Daniel Simon (p. 14) ;
    • Bertrand Renouvin (p. 15-18) ;
      « La douleur provoquée par le souvenir de mon père a augmenté au fil du temps… »
    • Jean-Marie Ginesta (p. 18-19) ;
      « Un engagement fort de ma vie personnelle et professionnelle. »
    • Llibert Tarrago (p. 19-21) ;
      « Nous sommes probablement quelques-uns pour qui l’éveil au monde, c’est Mauthausen. »
    • Madeleine Choumoff (p. 22-24)
      « Malgré tous les non-dits, le camp a toujours été là, présent entre les deux membres du couple comme une troisième personne. »
  • L’Amicale et l’avenir :
    • 1964-1971 Souvenir et Jeunesse : Les enfants de la paix, comme ils nous appelaient…, Caroline Ulmann (p. 25)
    • L’histoire de Souvenir et Jeunesse d’après le bulletin, Claude Dutems (p. 25-28)
  • Filiation et actions de mémoire :
    • L’Amicale partenaire des lycées et des collèges, Jean-Louis Roussel (p. 31)
    • La jeunesse autrichienne et Mauthausen, Andreas Baumgartner (p. 32-35)
  • L’Amicale de Mauthausen : un héritage, un engagement, une perspective, Michelle Rousseau-Rambaud, Daniel Simon (p. 36- 38)