Décès de René Baumann

René Baumann avait subi la germanisation forcée de l’Alsace annexée au Reich. Pour échapper à l’incorporation dans la Wehrmacht, il avait gagné la Suisse, qui l’avait livré aux autorités françaises de Vichy. Il s’était engagé dans la résistance. Arrêté, il fut envoyé en mars 1944 au camp de Sarrebruck-Neue Bremm, puis Mauthausen, d’où il fut transféré en juin au camp de Natzweiler, en Alsace, évacué vers Dachau en septembre puis renvoyé à Mauthausen, affecté au camp annexe de Melk et évacué vers le camp d’Ebensee à la mi-avril 1945, où il fut libéré.

Il était le seul ancien déporté présent en 2017 et 2018 aux cérémonies internationales de la libération de Mauthausen. En mai 2018, à presque 95 ans, René Baumann avait été heureux d’effectuer le déplacement dans l’autocar acheminant un important groupe de lycéens d’Altkirch conduits par leurs professeurs.


René Baumann, au premier rang de la délégation française durant la cérémonie internationale,


… et en conversation avec l’ambassadeur de France, François Saint-Paul, Mauthausen, le 6 mai 2018


Voué à disparaître, René Baumann déporté NN,
René Baumann et Audrey Guilloteau, I.D. l’Édition, 2016