Profanation du monument des Pays-Bas à Mauthausen

Le 2 janvier, sur l’esplanade des monuments nationaux, cinq croix gammées y ont été tracées. L’acte survient le jour où était présenté le nouveau gouvernement autrichien, dont le FPÖ ne fait plus partie. Aussitôt, le communiqué suivant a été adressé à tous les membres du Comité international de Mauthausen et aux dirigeants du MKÖ (Mauthausen Komitee Österreich) :

Chers amis,

Nous sommes consternés, attristés et en colère après cette nouvelle agression néo-nazie sur le site de Mauthausen.
Nous demandons expressément que le gouvernement autrichien prenne des mesures pour rechercher et punir de tels actes criminels et assurer la protection du site.
Ces actes odieux sont révélateurs de la liberté de parole donnée aux nostalgiques du Troisième Reich.
Nous devons en tirer énergie et courage pour continuer à lutter contre cette idéologie mortifère comme l’ont fait les hommes et les femmes détenus au camp de Mauthausen.
Vive la solidarité internationale !


Daniel Simon, président de l’Amicale de Mauthausen
Jean-Louis Roussel, vice-président du CIM