Le mot du webmestre

Novembre 2001, novembre 2010…
mars 2021 :
le site Internet de l’Amicale de Mauthausen revêt son troisième habit !

Depuis plusieurs mois, nous sommes quelques bénévoles de l’Amicale à travailler à sa restructuration. 

Comme en 2010, outre une nouvelle architecture que nous avons souhaitée plus lisible et conviviale, nous avons avec la plus grande rigueur repensé, actualisé et enrichi les contenus.

La société ARTABAN – spécialisée dans la création et le développement de sites web et avec laquelle nous collaborons régulièrement – nous a accompagnés dans la mise en œuvre notre projet en l’ajustant grâce à son expérience. 

Nous avons également changé de système de gestion de contenu du site : de ce fait, vous constaterez sans doute quelques imperfections que vous voudrez bien nous pardonner, le temps que nous y remédiions. 

N’hésitez toutefois pas à nous faire part de vos remarques (webmestre@campmauthausen.org).

Cette réactualisation était nécessaire à plus d’un titre, la dernière version du site datant de novembre 2010 : 

  • en premier lieu, pour des raisons technologiques : l’informatique évolue plus que rapidement – 10 ans présentent un risque d’obsolescence – et les outils que nous utilisons aujourd’hui ont, eux aussi, changé ;
  • les nombreux travaux scientifiques et historiques et recherches qui continuent aujourd’hui encore ont enrichi notre connaissance de cette sombre période de notre histoire au-delà des témoignages, questionnements et réflexions de celles et ceux qui l’ont vécue et y ont survécu ;
  • enfin, à titre personnel, sur un plan mémoriel : 
    • je suis webmestre bénévole depuis 2010, membre du conseil d’administration et du bureau de l’Amicale depuis 2012 et 2013 ; je suis un « ami » – depuis mars 1999, peuvent être membres de l’Amicale des personnes extérieures aux déportés et leurs familles – : mon histoire familiale n’a pas été directement touchée par la déportation à Mauthausen, ni d’ailleurs dans un autre camp ; autant dire que je n’avais aucune connaissance sur ce vaste et douloureux sujet ;
    • c’est donc au travers de ces quelque dix ans d’amitié que j’ai appris, appris à comprendre, appris à comprendre qu’on ne pouvait oublier ; au-delà de cette mémoire, je suis convaincu qu’en ces périodes complexes que nous connaissons depuis plusieurs années, tant sur un plan politique que, plus récemment, sur un plan sanitaire, cette mémoire est de nouveau une actualité et qu’il est plus que jamais nécessaire de la poursuivre et faire vivre ; dans la doublement douloureuse situation que nous connaissons, reléguer trop longtemps au second plan – voire indéfiniment derrière des préoccupations souvent légitimes – ce qui a « cessé » il y a 75 ans risquerait de le faire disparaître à jamais de notre mémoire sauf à le reproduire dans notre vie.

Prenez soin de vous et des autres et…

… Bonne navigation !

Pierre Fréteaud