Notre très chère amie Pierrette Saez…

est décédée ce vendredi 27 janvier.

Notre très chère amie Pierrette Saez, veuve de Jose Saez Cutanda (matricule 6676) est décédée vendredi 27 janvier.

Elle aura vécu toute sa vie à l’écoute et au rythme de la mémoire des déportés espagnols demeurés en France après leur libération du camp, en particulier dans le département du Val-de-Marne.
À la mort de son époux, en 2004, elle a poussé la porte de notre Amicale, et y a passé près de vingt ans de travail assidu, discret, intense. Par exemple :

  • Son suivi minutieux de la presse espagnole, qui atteste du retour de la mémoire de Mauthausen dans une population si longtemps maintenue dans l’ignorance et la soumission, tous les lecteurs de notre bulletin sauraient en parler.
  • Son aide aux familles, aux descendants de déportés pour retrouver les traces d’un disparu, qui a en mieux parlé que David Pineda, qui raconte, entre autres, comment par téléphone depuis un cimetière de Linz, il lui demanda de joindre d’urgence en une matinée notre ami Paul Le Caër, les archives militaires de Caen, et de consulter à l’Amicale le Libro Memorial des déportés espagnols de Benito Bermejo. Je ne divulgâche pas toute l’intrigue…
  • Le succès de 10 ans de démarches parfois fastidieuses, parfois exaltantes pour aboutir en juin 2017, à la cérémonie, haute en symboles, de réinhumation au Père Lachaise des restes de Francisco Boix, le « photographe de Mauthausen », nous savons tous qu’elle en fut la cheville ouvrière et l’âme.

Pourtant, même si nous pouvons être certains qu’elle a vécu avec une grande émotion ce moment comme une sorte de récompense de sa persévérance personnelle, elle n’en tira aucune fierté, et ce n’est pas ainsi qu’elle-même définissait sa présence à l’Amicale : « nous sommes les petites mains » disait-elle à l’une d’entre nous qu’elle accueillit à son tour.
Elle mettait un point d’honneur à s’attacher prioritairement aux tâches les plus humbles : la vaisselle, le rangement, l’écoute, la vente des épinglettes, brochures, insignes, et, jusqu’à une époque pas si éloignée, les petits plats pour les rendez-vous hebdomadaires des bénévoles.

Mais de cette réelle modestie, qui aurait pu être dupe ? Nous savions tous qu’elle n’était que la face visible d’une rigueur et d’une exigence morales inspirées précisément par la connaissance intime des injustices et des souffrances de ce monde. Ainsi, quand Pierrette avait dit « c’est une question de principe », nous savions qu’il devenait vain de chercher à la fléchir. On pouvait sans fausse honte faire « la fête » pourvu qu’on n’oublie pas qu’existent aussi des fêtes graves.
Dans nos commémorations, Pierrette nous montrait qu’il n’est pas de respect sans dignité.
Dans nos discussions, elle se laissait parfois convaincre par des arguments, sans jamais céder à des compromis.
Question de principe.
Elle a mené ainsi sa vie à la force de la raison et au rythme du cœur. Ses seuls aveux de faiblesse ? La nostalgie du pays d’origine, la maison près d’Albacete, et son amitié « de principe » pour ceux qui venaient de cette région.
Pour le reste, elle fut pleine d’amitié et de générosité pour tant d’entre nous qui n’en finiront pas de revenir vers elle.

Claude Simon, président de l’Amicale
extrait du discours prononcé lors des obsèques de Pierrette à Alfortville,
ce jour mercredi 1er février.

Le petit mot perso du webmestre, Pierre Fréteaud
Pour prolonger sans vouloir les paraphraser les mots de notre président Claude, Pierrette effectivement incarnait principes, dignité, discrétion, pudeur et humilité : par principe comme par nature, elle affichait un caractère où ceux qui ne la connaissaient pas eussent pu reprocher une intransigeance aveugle.
Telle une femme de cabinet, Pierrette préférait jouer les « petites mains », œuvrant dans la pénombre, ne semblant partager qu’avec parcimonie ses sentiments, – préférant surtout qu’on les devine, qu’on partage ses convictions ou qu’on arrive à la convaincre, un peu, d’un point de vue autre.
Ceux qui ne nous connaissaient pas pouvaient penser que, souvent, nous étions sur le point de nous crêper le chignon – mais nous n’en avions ni l’une ni l’autre : c’était sans connaître la tendre complicité qui nous unissait et que nous dissimulions sous un humour taquin.
Merci Pierrette.

2023

Le président de l’Amicale Claude Simon,
les membres du bureau,
les membres du conseil d’administration vous souhaitent

une excellente année 2023

avec la meilleure santé possible
ainsi que
paix, joie et sérénité.

Assemblées générales de l’Amicale, 10 décembre 2022

Le 10 décembre dernier, à l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris, l’Amicale de Mauthausen a tenu son Assemblée générale annuelle ordinaire, qui avait été précédée d’une Assemblée générale extraordinaire destinée à voter des statuts mis à jour et mieux ordonnés selon la logique des prises de décision.

Les rapports successifs – rapport d’activité, rapport moral – ont été adoptés à la quasi-unanimité. Le vote du budget a été délégué à un prochain conseil d’administration qui se réunira fin janvier.

Un conseil d’administration s’est toutefois réuni immédiatement après les assemblées générales afin de :

  • accepter les candidatures de deux nouveaux membres : ont ainsi été élus administrateurs Emmanuelle Declerck-Massart et Jean-Marcel Molet ;
  • prendre acte de la démission conjointe du président Daniel Simon et de la vice-présidente déléguée Caroline Ulmann, qui ont été chaleureusement remerciés pour leur investissement et le travail accompli pendant les quinze années où ils ont tenu la barre de l’Amicale ;
  • élire un nouveau président ; seul candidat, Claude Simon a été élu : félicitations, souhaits de courage et vœux de réussite ont été formulés à son intention.

Le conseil d’administration de fin janvier 2023 aura à cœur de compléter la réorganisation de la direction de l’Amicale avec, notamment, l’élection du bureau.

L’après-midi était partagée en deux temps culturels :

Une conférence-débat (comme annoncé dans l’article du mois de décembre 2022) portant sur le thème suivant :
Le Serment de Mauthausen, le 16 mai 1945, condamne les « excitations nationalistes » et proclame « la valeur de la fraternité humaine ». Quelle pertinence cette leçon tirée des camps nazis a-t-elle dans l’Europe et le monde d’aujourd’hui » ?
et animée par quatre fils de déportés de Mauthausen :

  • Jacques Rupnik, professeur à Sciences-Po Paris
  • Jacques Ténier, conseiller maître à la Cour des comptes et chargé de cours à Sciences-Po Rennes
  • Bertrand Renouvin, homme politique, journaliste et ancien membre du Conseil économique social et environnemental
  • Guy Dockendorf, président du Comité international de Mauthausen

Cette conférence-débat s’est ouverte par une création, en raison de sa portée symbolique.
En effet, en mai 2020, le grand rendez-vous annuel en Autriche étant annulé pour cause de pandémie, la déclamation du Serment de Mauthausen dans les langues des peuples d’Europe – qu’assurent chaque année sur la place d’appel du camp les membres du Comité international – fut réalisée sous la forme d’une vidéo de 5mn donnant à voir et entendre de jeunes Européens prononçant les termes du Serment. La belle initiative conjointe du Mauthausen Komitee Österreich et du Comité international de Mauthausen fut diffusée le 10 mai, jour prévu cette année-là pour la cérémonie principale au camp central.

Vous trouverez ci-dessous – ou directement sur Vimeo – les deux premières parties de cette conférence ; pour des raisons techniques, les deux dernières seront disponibles d’ici la fin du mois de janvier sur Vimeo, où vous pouvez retrouver un grand nombre de vidéos de l’Amicale.

Serment de Mauthausen et actualité – 1ère partie
Serment de Mauthausen et actualité – 2ème partie

Pour rappel, lire la page consacrée au Serment de Mauthausen sur le site de l’Amicale

  • la projection de Surviving Gusen, film de Gerald Harringer et Johannes Pröll (déjà évoqué ici-même, cf. article de juillet 2021).

Louis Balsan. Un meneur d’hommes

Un livre de Chritian Tessier – 271 pages, autoédition 2022,
ISBN 9 782958 310615, 19,00 € – bientôt en vente à l’Amicale

Qui était vraiment Louis Balsan, qui dirigea la manufacture familiale de 1954 à 1974 et dont le nom, depuis plus d’un siècle et demi, est indissociable de la ville de Châteauroux ?

Attentif au bien-être de ses employés, toujours à l’affût de nouveaux modes de production, il diversifia l’activité de l’entreprise, et inaugura une usine à la campagne, alors que se profilait la déferlante du choc pétrolier. Mais sait-on qu’avant de devenir ce patron charismatique qui marqua les esprits, il fut un haut fonctionnaire brillant, membre de l’équipe de France de bobsleigh aux Jeux olympiques d’hiver de 1933 et 1936 ? Qu’il s’engagea dans la Résistance, fut arrêté par la Gestapo en octobre 1942, mis au secret à Fresnes puis déporté à Mauthausen et au Loibl Pass ? Qu’il contribua, une fois libéré, à la traque des criminels nazis au sein de l’armée anglaise ?

Christian Tessier dresse le portrait sensible de ce meneur d’hommes respecté, utopiste si ce n’est visionnaire, personnalité complexe, parfois sombre et tourmentée mais avant tout profondément humaine, dont la destinée embrassa l’histoire du XXe siècle dans ce qu’il eut de pire mais aussi de plus novateur.

Petit-fils d’un ancien déporté du camp de concentration du Loipl Pass où fut emprisonné Louis Balsan, Christian Tessier a consacré une grande partie de sa vie à la transmission de la mémoire de la déportation. Depuis 2001, il est membre actif de l’Amicale de Mauthausen et préside l’association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (AFMD) du Puy-de-Dôme.

►À voir aussi ici : d’autres éléments sur le Loibl Pass et, plus particulièrement sur la Brigade Liberté de ce Kommando de Mauthausen sur le blog de Christian Tessier et Daphné Dedet qui lui est consacré.

L’exposition « La part visible des camps » à Luxembourg

L’exposition de l’Amicale La part visible des camps sera accueillie au Neimënster – Centre culturel de Rencontre de l’abbaye de Neumünster – à Luxembourg du 9 janvier au 28 février 2023.

L’Amicale des Anciens Prisonniers Politiques luxembourgeois de Mauthausen vous convie au vernissage qui aura lieu le mercredi 11 janvier 2023 à 18h30.

Pour rappel, La part visible des camps avait été déjà présentée au même endroit du 18 mai au 20 juin 2006. À cette occasion, le comité de l’Amicale des Anciens Prisonniers Politiques luxembourgeois de Mauthausen avait pensé utile un cahier pédagogique KL-MAUTHAUSEN – un carnet de notes ©AAPPLM.

► catalogue de l’exposition La part visible des camps / Imágenes y memoria de Mauthausen en vente à l’Amicale, bilingue français espagnol, 220 pages, Vienne, 2005 – 33 €

Centre culturel de Rencontre-Abbaye de Neumünster
28, rue Münster
L-2160 Luxembourg (LUXEMBOURG)

Assemblée générale de l’Amicale, 10 décembre 2022

Samedi 10 décembre à 14h précises, à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris, conférence-débat, dans le cadre de l’Assemblée générale de l’Amicale de Mauthausen sur le thème suivant :

Le Serment de Mauthausen, le 16 mai 1945, condamne les « excitations nationalistes » et proclame « la valeur de la fraternité humaine ». Quelle pertinence cette leçon tirée des camps nazis a-t-elle dans l’Europe et le monde d’aujourd’hui » ?

Les conférenciers – tous fils de déportés à Mauthausen – sont : 

  • Jacques Rupnik, professeur à Sciences-Po Paris
  • Jacques Ténier, conseiller maître à la Cour des comptes et chargé de cours à Sciences-Po Rennes
  • Bertrand Renouvin, homme politique, journaliste et ancien membre du Conseil économique social et environnemental
  • Guy Dockendorf, président du Comité international de Mauthausen

Pour y participer, il suffit de vous inscrire (jeudi 8 décembre, dernier délai), au secrétariat de l’Amicale : 01 43 26 54 51.

En mai 2020, le grand rendez-vous annuel en Autriche étant annulé pour cause de pandémie, la déclamation du Serment de Mauthausen dans les langues des peuples d’Europe – qu’assurent chaque année sur la place d’appel du camp les membres du Comité international – fut réalisée sous la forme d’une vidéo de 5mn donnant à voir et entendre de jeunes Européens prononçant les termes du Serment. La belle initiative conjointe du Mauthausen Komitee Österreich et du Comité international de Mauthausen fut diffusée le 10 mai, jour prévu cette année-là pour la cérémonie principale au camp central.

Le 10 mai 2020, le Serment de Mauthausen déclamé dnas les langues des peuples d’Europe par vingt jeunes

Samedi 10 décembre, la conférence s’ouvrira par cette création, pour sa portée symbolique.

► pour rappel, lire la page consacrée au Serment de Mauthausen sur le site de l’Amicale

Disparition d’Andrew Sternberg

Nous venons d’apprendre la disparition d’Andrew Sternberg. Beaucoup d’entre vous n’ont sans doute jamais entendu parler de ce déporté de Mauthausen. Né en 1929, Andor Sternberg est un juif hongrois originaire de Nagykanizsa, une petite ville du sud-ouest du lac Balaton.

Au printemps 1944, il est arrêté avec toute sa famille et déporté à Auschwitz-Birkenau. C’est l’invasion de la Hongrie par les Allemands qui y entraîne l’arrestation et la déportation de plus de 400 000 juifs. Andor est sélectionné comme d’autres jeunes juifs pour être envoyé à Mauthausen. Son parcours est comparable à celui d’Ernest Vinurel dont le livre, Rive de cendre, paru chez L’Harmattan en 2003, retrace avec beaucoup de substance le destin des juifs hongrois.

Affecté au Kommando de Melk puis à Ebensee, il sera libéré le 6 mai 1945. Andor a alors 15 ans. Il rentre en Hongrie où pourtant plus aucun membre de sa famille ne l’attend. Il termine ses études, se marie en 1953. Après l’insurrection de Budapest en 1956, il fait le choix comme 200 000 Hongrois de fuir vers l’Autriche, d’où il part pour les États-Unis où il fonde son entreprise.

Andrew a fait de très nombreux voyages entre l’Amérique et l’Autriche. Il fut longtemps le représentant des États-Unis au Comité International de Mauthausen. Sa présence régulière aux cérémonies au camp central mais aussi à Melk et à Ebensee en faisait un personnage incontournable.
Il cultivait une relation chaleureuse avec l’Amicale française, fondée sur la confiance et une identité de vue. Lors des attentats de Paris du 13 novembre 2015, il a adressé à notre Amicale un message de soutien et de solidarité.

Andrew Sternberg à Melk en 2018
photo © Melk Memorial

Voyage d’étude en Autriche, 24-29 octobre 2022

Comme annoncé le mois dernier, voici, en guise de résumé de quatre journées de visites, de rencontres, de moments de recueillement et d’échange à Mauthausen, Hartheim, Gusen, Ebensee, Steyr, Melk, puis à Vienne, 24 photos prises par plusieurs participants au voyage que l’Amicale de Mauthausen a organisé du 24 au 29 octobre dernier.

Pour rappel, ce voyage d’étude portait sur la dissimulation sous terre des camps-usines construits pour faire face à la guerre aérienne.

mardi 25, château de Hartheim
mardi 25, cour du château de Hartheim : Lucien Grillet au micro
mardi 25, château de Hartheim : dépôt de gerbe à la stèle française
mardi 25, mémorial d’Ebensee : Wolfgang Quatember, directeur du musée d’Histoire contemporaine local, et Ute Bauer accueillent le groupe
mardi 25, mémorial d’Ebensee : devant la stèle française
mardi 25, Ebensee : l’entrée dans le réseau des galeries
mercredi 26, Mauthausen : rituel sous contrainte : pour remonter l’escalier de la carrière, franchir les grillages
mercredi 26, Mauthausen : dépôt de gerbe au monument espagnol
mercredi 26, Mauthausen : dépôt de gerbe aux Cendres
mercredi 26, Gusen : Martha Gammer nous accueille au mémorial de Gusen I.
Derrière elle, Andrea Mühlhäuser, guide francophone de Mauthausen, qui nous a accompagnés

mercredi 26, Gusen : un jeune guide autrichien nous fait visiter les galeries de Bergkristall, ouvertes deux jours par an
mercredi 26, Gusen : dans une galerie latérale de Bergkristall
jeudi 27, Steyr : avant le dépôt de gerbe à la stèle franco-espagnole, dans le quartier de Munichholz, sur le site du camp disparu
jeudi 27, Steyr : Alexandra Engelbrechtmüller nous guide dans la galerie de mémoire créée par le comité local dans un abri anti-aérien
jeudi 27, Steyr : Karl Ramsmaier, président du comité local, présente le monument édifié à la mémoire de 800 personnes – dont de nombreux déportés – incinérées, longtemps oubliées sous une allée du cimetière ; Alexandra Engelbrechtmüller traduit
jeudi 27, Melk : Christian Rabl, directeur du mémorial, et Sabine Amon nous accueillent devant le site du crématoire
jeudi 27, Melk : avant le dépôt de gerbe à la stèle française, au bas de la cheminée du crématoire
jeudi 27, Melk : Marie-Jeanne Simon-Goacolou devant le réservoir d’eau construit par les détenus, à quelques centaines de mètres de la caserne transformée en camp
vendredi 28, Vienne : Hannah Lessing, directrice du Fonds national d’indemnisation des victimes du national-socialisme, nous accueille devant le mur des noms des victimes juives dont elle a conçu et dirigé la construction et inauguré en 2021
vendredi 28, Vienne : Sur l’un des pans, disposés en ellipse, Hannah Lessing pose la main sur le nom de sa grand-mère
vendredi 28, Vienne : autour d’Hannah Lessing, notre groupe réuni devant l’entrée du mémorial pour les enfants, femmes et hommes d’Autriche assassinés lors de la Shoah
vendredi 28, Vienne : Hannah Lansmann, directrice pédagogique du Musée juif de Vienne, nous accueille et nous présente cette institution
vendredi 28, Vienne : exposée à l’occasion de notre venue, la petite étude préparatoire au monument de la place de l’Albertina – Juif forcé à brosser la rue à genoux –, offerte par l’artiste Josef Hrdlička à Serge Choumoff et léguée par celui-ci à l’Amicale qui l’a donnée au Musée juif
samedi 29, aéroport de Vienne-Schwechat : le monument créé par Arik Brauer en hommage aux 6 726 victimes du nazisme sur le site de l’aéroport, dont beaucoup de détenus du camp annexe de Mauthausen ; des participants au voyage y ont déposé les dernières gerbes

Le CIM réuni à Luxembourg

L’Assemblée Générale extraordinaire du Comité International de Mauthausen (CIM) s’est déroulée le samedi 24 septembre à Luxembourg.
Nous accueillons deux nouvelles délégations à la vice-présidence : l’Espagne et l’Ukraine. Le CIM a fait le choix d’agir dans la fidélité aux valeurs et aux principes contenus dans le Serment de Mauthausen.
Des dossiers importants nous attendent : l’extension et le réaménagement du site de Gusen, l’implantation d’un lieu de mémoire et d’éducation sur le site de Gunskirchen et la réalisation d’une exposition sur l’histoire du CIM.

Guy Dockendorf a été reconduit comme président du CIM : c’est une reconnaissance de son engagement sans faille, de sa rigueur et des actions remarquables qu’il a réalisées depuis des années.

PrésidentGuy DockendorfLuxembourg
Vice-présidentsJean-Louis RousselFrance
Alexey KonopatchenkovRussie
Floriana MarisItalie
Jacek TarasiewiczPologne
Tetiana PastushenkoUkraine
Concha Diaz BerzosaEspagne
Secrétaire Générale              Ingrid BauzAllemagne
Secrétaire Générale adjointeChantal LafaurieFrance
TrésorièreMonika Kokalj KocevarSlovénie
Trésorier-adjointMarco OdinoBelgique
SecrétaireAnika TaschkeAllemagne
Secrétaire-adjointDario VenegoniItalie

Assemblée générale de l’Amicale

PARIS, 10 décembre 2022

L’Amicale fixe rendez-vous à tous ses adhérents pour son Assemblée générale :

samedi 10 décembre 2022
à l’Auditorium de la mairie de Paris,
de 9h00 à 17h30.

Le programme et la procédure d’inscription seront précisés dans un mois.

Deux événements accessibles à un public élargi occuperont l’après-midi : un film autrichien inédit en France (sous-titré) et une conférence-débat.